A la unePolitiquepriorite

Union sacrée : entre rébellion et loyauté de ses élus, le second mandat de Fatshi miné

33Views

Les signaux ne sont pas bons au sein de l’Union sacrée de la nation pour le second mandat du président Félix Tshisekedi.

Les élus de cette méga plateforme politique font montre d’une rébellion vis-à-vis du présidium conduit par Augustin Kabuya, Modeste Bahati, Christophe Mboso, Jean-Pierre Bemba et Sama Lukonde.

Une frange de ces députés nationaux rejettent le ticket présenté par leur famille pour siéger au bureau de l’Assemblée nationale, au point de faire une déclaration dans ce sens devant la presse.

Ceci présage un mauvais augure pour Félix Tshisekedi qui aura besoin des mêmes députés pour entreprendre des réformes qui soient bénéfiques au peuple congolais et pour le développement de la République démocratique du Congo, surtout en cette période où le pays fait face à une guerre injuste lui imposée par le Rwanda et qui a déjà fait des millions de morts.

Du respect de la géopolitique

“Pour nous, ce ticket observe aussi bien l’exigence géopolitique que le poids politique”, soutiennent d’autres députés qui désapprouvent la démarche contestataire de leurs collègues. Ils rappellent d’ailleurs qu’il y a une jurisprudence. “Tenez !
Le bureau Minaku comptait deux membres du Grand Bandudu, à savoir Me Boris et Aubin Minaku. Le bureau du Sénat sous Kengo avaient deux membres du Grand Équateur : Léon Kengo et Edouard Mokolo Wa Pombo. Le bureau Kamerhe à la Chambre basse regorgeait deux membres du Sud-Kivu: Vital Kamerhe comme président et Modeste Bahati comme questeur.

Le présidium appelé à veiller au respect du mot d’ordre

C’est dans cinq jours que ladite élection se tient avant l’installation des membres du bureau définitif. Pour éviter des surprises désagréables, le présidium de l’Union sacrée est appelé à battre le rappel des troupes pour conscientiser les frondeurs et les ramener à la raison. Au cas contraire, c’est le second mandat de Félix Tshisekedi qui sera en danger dans cette période délicate.

Des sources renseignent par ailleurs que lors de la réunion avec les députés Udps tenue dimanche 12 mai à Kinshasa, le secrétaire général Augustin Kabuya avait rappelé tout le monde à l’ordre en demandant surtout aux élus de la mosaïque Udps de respecter le choix du présidium, du reste avalisé par le président Félix Tshisekedi qui devra aussi veiller à la discipline au sein de l’Union sacrée de la nation.

Même son de cloche du côté de l’Afdc-A dont le groupe parlementaire, réuni dimanche 12 mai à Kinshasa, soutient la candidature de Serge Bahati. Pour sa part, Kamerhe a déjà le soutien de toute l’Union sacrée.

LM

Laisser un commentaire