A la uneprioriteProvincesSociété

Kasaï-Oriental : l’ex-gouverneur Mathias Kabeya accuse la cellule financière du gouvernorat d’avoir caché un compte de plus d’un million d’euros

160Views

Les proches de Patrick Mathias Kabeya Matshi Abidi, gouverneur destitué, accusent la cellule financière du gouvernorat d’avoir caché un compte de plus d’un million d’euros.

Dans leur mise au point faite ce dimanche 06 août 2023, l’entourage de l’ancien chef de l’exécutif provincial du Kasaï-Oriental précise que la cellule financière de la province aurait omis de déclarer l’existence d’un compte bancaire au nom de AGRIPEL à la BCC. Ce compte a reçu 1.347.750 € de fonds publics avant sa mise en accusation.

Cette omission, poursuit la même source, serait préméditée pour permettre un partage illégal de cette somme entre les députés provinciaux et la gouverneure a.i. Les mêmes sources affirment également que les montants publiés par la cellule financière sont faux et visent à installer un climat de détournement et de corruption au sein de la province.

Certains membres de la cellule financière contactés ont promis des éclaircissements à ces accusations.

Pour rappel, la cellule financière du gouvernorat de province a présenté, le vendredi 4 août 2023, un rapport sur les recettes produites localement par le Kasaï-Oriental.

Selon ce rapport, le gouverneur déchu Patrick Mathias Kabeya Matshi Abidi a laissé dans les comptes de la province un solde de 26 mille 329 dollars américains et 112 millions 947 mille 458 francs congolais.

Ces fonds sont répartis dans trois banques différentes : RawBank, BGFI Bank et Equity BCDC.

Le compte de la RawBank contient la plus grande partie des fonds, avec 9200.46 dollars américains et 85 millions 092 mille 573 francs congolais. Le compte de la BGFI Bank a le moins de fonds, avec seulement 17 millions 261 mille 851 francs congolais. Le compte de l’Équity BCDC a un solde de 18 mille 011.9 dollars américains et 2 millions 073 mille 310 francs congolais.

Signalons que ce rapport a été dressé selon les règles de l’art grâce aux orientations de la mission d’encadrement de l’Inspection générale des finances qui avait été sollicitée.

 

JM Mpandanjila

Laisser un commentaire